+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Orchestre de huit cavalières-musiciennes

Orchestre de huit cavalières-musiciennes

Début du VIIIe siècle. Dynastie des Tang (618 – 907)
Terre cuite polychrome
M.C. 2001-11 − M.C.2001-18

M.C.2001-11 :  H : 33.3cm  L : 29cm  P : 10.9cm, M.C.2001-12 :  H : 32.3cm  L : 29.4cm  P : 10.6cm, M.C.2001-13 :  H : 31.9cm  L : 28.3cm  P : 10.9cm, M.C.2001-14 :  H : 32.3cm  L : 29cm  P : 10.8cm, M.C.2001-15 :  H : 31.6cm  L : 26.7cm  P : 10.5cm, M.C.2001-16 :  H : 33.6cm  L : 30.6cm  P : 10cm, M.C.2001-17 :  H : 32.4cm  L : 31.1cm  P : 10.7cm, M.C.2001-18 :  H : 32.7cm  L : 29.1cm  P :10.6cm

 

Sept des jeunes femmes du musée Cernuschi jouent chacune d'un instrument différent : flûte droite à embouchure verticale (dizi), petite harpe (konghou), flûte traversière (hengdi), luth (pipa) de forme inusitée, tambour-sablier (yaogu), flûte de pan (paixiao), orgue à bouche à bec courbe (sheng). La huitième cavalière, dépourvue d'instrument, a pu tenir un attribut aujourd'hui disparu, peut-être une grande harpe, montée sur un support qui aurait laissé une trace en creux, visible sur la cuisse droite.

Ces cavalières, vêtues d'un vêtement d'inspiration occidentale (huyi), possèdent des têtes rondes aux joues pleines. Ce faciès est encore celui des paysannes du Shaanxi. Il préfigure les formes épanouies mises à la mode, au milieu du VIIIe siècle, par la concubine Yang Yuhuan. Leurs cheveux sont disposés en deux nattes, remontées à la hauteur des tempes à la manière des garçons. Les yeux incisés d'un simple trait et une petite bouche confèrent à chacune une expression différente mais toujours avenante et souriante.

Par leur taille, le traitement des chevaux et leur polychromie beige, orange, carmin, noir et vert, ces statuettes ne sont pas sans évoquer le groupe d'écuyères-musiciennes découvert en 1991 à Xinzhuxiang, dans la banlieue est de Xi'an, et provenant de la tombe aménagée de 689 à 690 pour Yu Yin (décédé en 689), haut fonctionnaire de la cour, et son épouse la princesse Jinxiang (morte en 722), petite fille de Gaozu, le fondateur de la dynastie.

Cette donation exceptionnelle modifie irréversiblement l'ensemble des mingqi de la dynastie des Tang conservé au musée. L'ensemble exquis de ces cavalières-musiciennes constitue désormais le principal point d'attraction de la première salle Tang.



Auteur de la notice : Gilles Béguin
Collection : Dynastie des Tang (618-907)
Mode d'acquisition : Don du Dr.Stephen Zuellig et M. Gilbert Zuellig, 2001.
Référence(s)

Eric Lefebvre, Art chinois, Musée Cernuschi, acquisitions 1993-2004, Paris Musées / Findakly, 2005, p. 104-105

 

Gilles Béguin, Activités du musée Cernuschi, Arts asiatiques, 2002 , t.57, p.174-175

Orchestre de huit cavalières-musiciennes
© Musée Cernuschi